A la fin du poème, on se rend compte que c’est son amour pour son père qui a poussé l’orateur à pousser son père à continuer à se battre contre vents et marées. Les liens familiaux nous apportent l’espoir et la résilience qu’il n’y a pas d’autres liens.

Transience

En abordant les questions de la vie et de la mort, le poète attire notre attention sur le fait que la vie peut être éphémère, une seconde il semble que c’est la naissance de la vie, tout comme les premiers rayons du soleil le matin, mais avant que vous vous en rendiez compte, le coucher du soleil marque la fin de cette même vie, qui semblait juste avoir germé.

Symbolismes

Soleil

Vue du coucher de soleil depuis l’herbe

Soleil

Le soleil et la lumière que D. Thomas utilise dans le poème sont utilisés pour signifier la vie et la beauté du monde. Le lever du soleil dépeint la naissance de la vie, son voyage dans la journée égal à la durée de vie d’une personne, et le coucher du soleil le signe de la mort qui approche.

Nuitée

Vue de la pleine lune sur la mer

Nuitée

L’idée principale de l’utilisation de la nuit et de l’obscurité qu’elle apporte, est de dépeindre la mort. Quand le soleil se couche et que la nuit prend le dessus, notre heure est venue de dire adieu au monde, ce qui peut être considéré comme un paradoxe quand le poète utilise les mots « bonne nuit » – car si la nuit est égale à la mort, comment cela pourrait-il être bon ?

Formulaire et compteur

Ce poème est en réalité une « villanelle ». Une villanelle est essentiellement une forme poétique de dix-neuf lignes composée de 5 tercets suivis d’un quatrain. Si vous regardez la structure du poème, vous remarquerez que les cinq premières strophes sont composées de trois lignes chacune (un tercet) et la dernière est composée de quatre lignes (quatrain). Il y a généralement deux refrains et deux rimes répétitives (vus dans le poème avec les vers « ne pas aller doucement dans cette bonne nuit » et « Rage, rage against the dying of the light » et la rime des mots se terminant par « ight » et « ay » ). La première et la troisième ligne du premier tercet sont répétées alternativement jusqu’à la dernière strophe qui comprend les deux lignes répétées. Le poème suit le pentamètre iambique qui est une ligne contenant dix syllabes chacune. Le schéma de rimes est AbA’ abA abA abA’ abA’ abA abA’ abAA’.

Réglage de

Le poème nous entraîne dans un voyage à travers les couchers de soleil, une tempête qui manque de lumière, la baie verte au bord de la mer, les météores qui tombent du ciel, et la montagne ( » triste hauteur « ). On finit par se rendre compte qu’en réalité, l’orateur est assis près du lit de mort de son père. Le poème nous ouvre ainsi les yeux sur les merveilleux aspects de la nature et de la vie.

Haut-parleur

L’orateur semble refléter la personnalité de D. Thomas, car il avait écrit ce poème pour son propre père qui était sur son lit de mort et qui était devenu aveugle. Ainsi l’orateur est l’alter ego de Thomas.

Tonalité

Le ton du poème se décline en émotions variées de zèle, de passion, de célébration, de plaidoirie, de colère et de regret.

Point de vue

Les strophes 1 et 6 sont écrites à la première personne, tandis que le reste du poème (strophe 2-5) est écrit à la troisième personne.

Métaphore

Phases de la vie expliquées par la nature

Durée de vie

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*