Avec cette tournure des événements, le roi Œdipe consulte un voyant aveugle, Teirésias, qui proclame que selon une prédiction antique, Œdipe tuera son père et épousera sa mère, révélant ainsi qu’il est le véritable meurtrier et aussi le mari de sa mère. Le roi Laïus et la reine Jocaste connaissaient la prédiction et Laïus abandonne Œdipe pour échapper au sort de son fils, mais Œdipe est sauvé par un berger et survit pour devenir le roi de Thèbes. Enragé, le roi Œdipe accuse le voyant d’être impliqué avec Créon dans une conspiration pour le renverser.

Plus tard, au cours de son enquête, il découvre par l’intermédiaire d’un berger qu’il est le fils adoptif du roi Polybus de Thèbes et de son épouse (cette révélation est le point tournant de la pièce). Jocasta, après avoir entendu cette nouvelle, est horrifiée que son mari ait été assassiné par son vrai fils et se suicide en se pendant. Le roi Œdipe s’arrache les yeux pour se rendre aveugle en guise de punition, et part en exil mettant ainsi fin à la peste.

Portrait de William Shakespeare

William Shakespeare

Les pièces de Shakespeare portent toujours les grands paradoxes de la vie et finissent toujours en tragédies. Dans l’acte 3 d’Othello, Iago empoisonne l’esprit d’Othello contre la malhonnêteté de Desdémone. Othello est rempli de pensées de vengeance et doute du caractère vertueux de Desdémone. En fin de compte, sa méfiance, son orgueil, sa jalousie et son insécurité conduisent à sa chute catastrophique.

William Shakespeare – La vie d’Othello

William Shakespeare – La vie d’Othello

Le Macbeth

Macbeth

Macbeth est un autre conte rempli de cataclysme. Après sa victoire initiale et après avoir été nommé thane de Cawdor par les prophéties des sorcières, Macbeth devient la proie de l’avidité du pouvoir et fait appel à une destruction innombrable. Il ordonne l’assassinat de son compagnon Banquo et de son fils Fleance, craignant que la seconde prophétie des sorcières se réalise et que les héritiers de Banquo s’emparent du trône. Banquo est assassiné mais son fils s’échappe (rebondissement de l’histoire), scellant ainsi son propre destin par les trahisons qu’il a commises.

Shakespeare – Hamlet

Shakespeare – Hamlet

Dans Hamlet, peripeteia est présent tout au long de la pièce et réside dans le fait que Hamlet est déjà un héros tragique torturé qui sait que son issue sera la mort. Il éprouve un sentiment de remords et de vengeance à l’égard du meurtre de son père, et la mort de sa mère ne fait qu’intensifier ses souffrances. Il est souvent représenté en train de débattre entre la mort et les misères de la vie et son existence frugale au milieu d’eux.

Hercule libère Prométhée

Hercule libère Prométhée

Prometheus Bound écrit par Eschyle vers 415 av. J.-C. est une autre tragédie classique de la Grèce antique. Prométhée, le Dieu Titan est puni par Zeus pour avoir apporté le feu à l’humanité par compassion. Le renversement des événements se produit lorsque Prométhée le Dieu subit une punition pour son acte noble, même s’il est considéré comme le créateur de l’humanité par les mythes et les légendes. Sa punition catalyse sa chute.

buste d’Eschyle

Eschyle

La tragédie dépeint la ruine d’un noble protagoniste, généralement par des combinaisons d’orgueil, de destin et de volonté des dieux. Bien qu’Ésope soit largement reconnu comme le compositeur original des nombreuses fables de l’Ésope, en vérité, rien n’indique que ces fables aient été écrites par Ésope lui-même. On croit qu’il a raconté oralement ses histoires, et ainsi ils ont voyagé en Grèce, plusieurs siècles après sa mort.

L’histoire du « Renard et les Raisins » est peut-être l’une des fables les plus populaires d’Esope dans le monde littéraire. En fait, c’est le thème de cette histoire qui a mené au développement de l’idiome anglais,’Sour Grapes’ ! Maintenant, nous savons tous pourquoi et quand cette expression est utilisée. Nous avons tendance à utiliser ces deux mots pour décrire la situation où l’incompétence ou l’incapacité d’une personne à transformer un désir en réalité, l’amène à être indifférent à ce désir. Comme la morale de l’histoire est populairement citée : « Il est facile de mépriser ce qu’on ne peut obtenir. »

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*